Logo de la Société d'histoire des religions

Autres publications

Nicolas Meylan
Mana: A History of a Western Category
Brills, 2017.

In Mana: A History of a Western Category Nicolas Meylan proposes a critical account of Western imaginations of mana, a word belonging originally to Oceanic languages but borrowed by European languages in which it acquired the meaning ‘supernatural power.’ While mana is best known for its tenure in the disciplines studying religion, Nicolas Meylan situates such academic uses in a wider context, analyzing the ways Westerners conceptualized mana in the earlier colonial context as well as its mobilizations in the late 20th and early 21st centuries by (video)game designers and Neo-Pagan witches. This focus on various Western uses of mana allows for the critical investigation of the ways power has been mystified in conjunction with religion.
Commander




Mana: A History of a Western Category




Philippe Borgeaud
Exercices d’histoire des religions
Comparaisons, rites, mythes et émotions

Brills, 2016, 362 pages.

Exercices d’histoire des religions rassemble les articles les plus importants publiés par Philippe Borgeaud durant sa carrière en tant que professeur d’histoire des religions à l’Université de Genève. Ces dix-neuf enquêtes illustrent les réflexions du savant suisse sur les outils et catégories utilisés par l’historien des religions pour décrire et comparer des concepts aussi évanescents que les « religions », les « mythes » ou les « rituels », et sur le rôle joué par les émotions dans leur élaboration. À travers eux, le lecteur est amené à découvrir la méthode développée par Philippe Borgeaud pour étudier de manière critique et comparative les religions antiques et modernes, une approche sans doute fondamentale pour mieux saisir les discussions et controverses contemporaines sur ce sujet.

Commander




Exercices d’histoire des religions




Daniel Barbu
Naissance de l’idolâtrie
Image, identité, religion
Presses Universitaires de Liège, 2016.

« Idolâtrie » est un terme dépréciatif qui sert à désigner les cultes des faux dieux en face d’un dieu considéré comme unique et véritable. Plongeant ses racines dans les réflexions antiques sur la religion des « autres », cette notion se trouve au coeur des débats qui, des Pères de l’Église aux explorateurs modernes, interrogent la diversité des cultes et des pratiques religieuses. Au fil des siècles, cette catégorie polémique a fabriqué l’altérité tout en reléguant l’« autre », le « païen », le « sauvage », l’« hérétique », l’« ignorant », du côté de l’erreur et de l’aberration. La notion d’idolâtrie condamne comme fausse la religion de l’« autre », voire lui refuse la qualité même de religion. Cette histoire, où les « sauvages » du Nouveau Monde rejoignent les peuples de l’Antiquité, annonce l’émergence d’une véritable science des religions. Ce livre retrace la naissance de « l’idolâtrie » au croisement des réflexions juives et grecques sur l’image, les origines de la culture et la diversité religieuse. Des débats grecs sur l’anthropomorphisme à la critique des « idoles » dans le judaïsme ancien, il explore les fondements antiques d’une histoire comparée des religions.

Commander




Naissance de l’idolâtrie




Francesca Prescendi
Rois éphémères
Enquête sur le sacrifice humain
Genève, Labor et Fides, 2015, 224 pages.

Les sacrifices humains ont-ils réellement eu lieu dans l’Antiquité ou les nombreux récits qui les relatent sont-ils avant tout fantaisistes ? C’est à cette question fascinante que souhaite répondre l’historienne des religions Francesca Prescendi en invitant le lecteur sur les chemins de son enquête. Celle-ci débute par l’étude d’un texte du célèbre anthropologue français Claude Lévi-Strauss qui médite le récit de l’autodafé d’une effigie du Père Noël par des catholiques français à Dijon en 1951 qu’il rapproche de la mise à mort d’un roi éphémère qui avait lieu au terme des Saturnales, fête romaine célébrant le solstice d’hiver. Pour établir cette interprétation, Lévi-Strauss convoquait James Frazer dont Francesca Prescendi va à son tour scruter les écrits, notamment ceux qui figurent sur ce sujet dans les éditions successives du Rameau d’or, son œuvre la plus célèbre. Revenant à d’autres textes peu connus de l’Antiquité et du haut Moyen Age, Francesca Prescendi déroule une recherche passionnante et au terme de laquelle l’énigme trouvera, peut-être, une réponse.

Commander




Francesca Prescendi, Rois éphémères : enquête sur le sacrifice humain




Youri Volokhine
Le porc en Égypte ancienne
Mythes et histoire à l’origine des interdits alimentaires

Presses Universitaires de Liège, 2014, 324 pages.

Pourquoi certaines cultures rejettent-elles la chair du porc ? Les Grecs se posaient déjà la question, qui n’a cessé de revenir au devant de la scène. Étudier le porc en Égypte ancienne est une manière de mettre cette problématique à l’épreuve. En effet, depuis que les Grecs s’y sont intéressés, l’Égypte pharaonique se retrouve dans ce débat anthropologique puisque le porc, dit-on, n’y aurait pas été vraiment en odeur de sainteté. Viande malsaine ? Animal infâme ? Bête « taboue » ?
L’objet de ce livre est de comprendre ce discours et de voir sur quoi il se fonde, en offrant une approche historique et anthropologique du cochon en Égypte ancienne. Le portrait de l’animal au sein de la culture pharaonique émerge très contrasté d’une analyse qui permet de réfléchir à la genèse des interdits religieux, aux discours qui s’y rapportent et aux choix culturels et identitaires qu’ils véhiculent. Ce véritable « roman du cochon » entend ainsi contribuer à une anthropologie de l’alimentation, tout comme à une histoire des relations entre les hommes et les animaux.

Commander




Youri Volokhine, Le porc en Égypte ancienne : mythes et histoire à l’origine des interdits alimentaires




Nicolas Meylan
Magic and Kingship in Medieval Iceland
The Construction of a Discourse of Political Resistance

Turnhout, Brepols, 2014, X+233 pages.

Focusing on discourses of magic in thirteenth - fourteenth century Icelandic texts that are concerned with kingship, this book examines the performative and ideological functions of texts dealing with magic in contexts of social and political conflict.

This volume examines the performative and ideological functions of texts dealing with magic in contexts of social and political conflict. While the rites, representations, and agents of medieval Scandinavian magic have been the object of numerous studies, little attention has been given to magic as a discourse. As a consequence, Old Norse sources mobilizing magic have been analysed mainly as evidence for a stable extra-textual phenomenon. This volume breaks with this perspective.

The book focuses on the use of discourses of magic in thirteenth- and fourteenth-century Icelandic texts concerned with kingship. It is argued that Icelanders constructed magic as a discursive answer to the increasingly pressing question of how to deal with the reality of their subordination to kings. This they did by telling stories of flattering Icelandic successes over kings brought about by magic in a bid to challenge dominant definitions and the social and political status quo. The book thus follows the conditions of emergence that made these subversive discourses of magic meaningful; it describes the various forms they were given, the various constraints weighing upon their use, and the particular political goals they served.

Commander




Nicolas Meylan, Magic and Kingship in Medieval Iceland : The Construction of a Discourse of Political Resistance




Philippe Borgeaud
L'histoire des religions
Gollion, Infolio, 2013, 224 pages.

L’étude des rites et des récits traditionnels est née il y a très longtemps, à partir du constat que les autres, eux aussi, ont des croyances enchantées et des pratiques inutiles, qui ressemblent étrangement aux nôtres. Mais le concept moderne et occidental de «religion», lui, est une invention de la chrétienté latine, à l’origine des études sur «les religions du monde». Comment en est-on arrivé là, que faire de cet héritage mythologique savant et pieux, aussi riche que paralysant ? Comment ouvrir l’histoire des religions à des univers lointains et radicalement différents ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles ce petit livre, fruit d’une vie d’enseignement et de recherche, tente de répondre.

Commander

Philippe Borgeaud, L'histoire des religions